NÉGOCIER SON AUGMENTATION


COMMENT NÉGOCIER UNE AUGMENTATION ?




Tout d’abord, prenez rdv avec votre patron ou la personne responsable des salaires.

Si ce n’est pas votre patron, essayez d’insister pour avoir rdv directement avec lui et court-circuitez votre supérieur.

La veille au soir (23h) prévenez que vous avez un empêchement d’ordre familial. Restez vague.

Décalez au surlendemain ( ne proposez pas de décaler, imposez !).


Cela montre que vous êtes maître de votre temps.

Lors du rendez-vous, surprenez tout le monde en arrivant avec 25 min d’avance. Si vous devez patienter, profitez-en pour faire de long tour devant le bureau en soufflant fortement pour montrer votre agacement.

Asseyez-vous directement en entrant avant d’y être invité, et fixez votre patron/supérieur bien droit dans les yeux, avec un regard déterminé et méprisant.

Ne dîtes rien.



Dès qu’il prend la parole, interrompez le brutalement !

Commencez tout de suite par insister sur votre rôle prépondérant dans l’entreprise. Mettez cela en parallèle avec les dysfonctionnements manifestes constatés à votre arrivé.

Sous-entendez que cela est dû à un mauvais management.

Si vous étiez dans une autre société avant, insistez sur les avantages de celle-ci par rapport à la vôtre.

Dans le cadre d’une inexpérience, citez Google et SpaceX.

Cela lui en mettra plein la vue et le placera dans une position de gêne que vous pourrez exploiter comme une faiblesse !

Pour bien appuyer votre discours, faites de grands gestes théâtraux. Parlez fort !

Ne le laissez surtout pas reprendre la parole.

Vous pouvez faire de légères pauses, mais si vous sentez que votre interlocuteur souhaite reprendre la parole, continuez d’insister.

Il est fortement recommandé de digresser sur des sujets philosophiques ou métaphysiques. N’hésitez pas à parler de votre enfance également ou de votre relation aux autres.

Cela vous permettra de monopoliser le temps de parole et d’étayer la conversation.

N’oubliez pas d’employer des figures bien connus de rhétoriques persuasives comme « moi je », « ce que je pense », « j’ai le droit »...

Passé 15min de conversation, changez brutalement de ton et de discours, et commencez à menacer directement la personne en face de vous.

Disposez d’éléments solides, que vous aurez pris soin de collecter. Si vous n’avez pas assez enquêter, inventez ou sous entendez des vices bien connus :

« Je connais tes problèmes de drogues Alain ! » ou « ça ne doit pas être facile de mener une double vie en mentant à sa femme et ses enfants sur ses penchants homosexuels Thierry. ».

Vous tomberez forcement juste à un moment ou un autre.

Si vous ne sentez pas d’accroche, vous pouvez recourir à la menace physique. Votre ton DOIT de toutes façons être très agressif.

Prenez un temps pour vous et faîtes semblant de réfléchir.

A ce niveau, l’accord ne devrait plus être loin et votre augmentation quasi actée.

Terminez l’entrevu en rappelant bien fort à quel point vous ne vous sentez de toutes façons pas attacher à la boite, et insitez sur le fait que si vous le désiriez vous pourriez partir où bon vous semble.

Retournez-vous sans attendre la réponse en face de vous et partez en affirmant « j’attends donc ce nouveau contrat lundi matin sur mon bureau ».

Claquez la porte derrière vous le plus fort possible.

Peu importe le jour de la semaine, ne revenez que le lundi vers 11h.

Et voilà, vous gagnez dorénavant 13 000 € / mois.